Un docker en détention provisoire après la saisie de 752 kilos de cocaïne

C’est à bord d’un conteneur venant d’Amérique du Sud que la drogue a été découverte et saisie par des douaniers. La cocaïne qui était d’un poids de 752 kilos était cachée dans des sacs qui se trouvaient dans un conteneur. La marchandise saisie avait une valeur de 30 millions d’euros.

Le présumé coupable arrêté pour importation de produits stupéfiants en bande organisée

C’est après la saisie de 752 kilos de cocaïne qu’un docker de Marseille a été placé en détention provisoire. Il a ensuite été mis en examen pour importation de produits stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs. La drogue avait été saisie par les douaniers dans un conteneur qui venait de l’Amérique du Sud.
Une fois que le conteneur a été ouvert, il a été retrouvé des sacs de sport qui ont remplacé les cartons de marchandises licites qui devaient être transportés. Après décompte, il a été découvert que la quantité de drogue qui était transportée était de 752 kilogrammes. Une marchandise avec une valeur totale de plus de 30 millions d’euros.

  • D’autres dockers soupçonnés d’importation de cocaïne

Au mois de janvier, la juridiction interrégionale spécialisée de Rennes, a piloté une enquête qui a permis de découvrir sur le port Nantes-Saint-Nazaire, 294 kilos de cocaïne qui étaient cachés dans des sacs. La valeur marchande de la drogue s’élevait à 20 millions d’euros. 112 kilogrammes de cocaïne ont été saisis au mois de février dernier.
La marchandise provenait des Antilles et se trouvait dans des conteneurs débarqués au terminal de marchandises du port. C’est au mois de juin dernier que le docker qui se chargeait du transport de la marchandise a comparu devant la chambre de l’instruction de Rennes. Il a imploré sa mise en liberté sous contrôle judiciaire.

Des opérations qui rapportaient beaucoup au docker

Lors de son instruction, l’avocat du docker impliqué avait défendu son client, disant que ce dernier avait bien transporté de la drogue. Il se demandait cependant si le docker était au courant qu’il transportait de la cocaïne. Des propos qui ont fait dire à l’avocat général que le transport de 112 kilogrammes de cocaïne ne se confie pas à un enfant.
D’après les enquêtes, le mis en cause gagnerait 2400 euros pour chacune des opérations auxquelles il aurait participé. Au mois de mai dernier, un ancien docker a aussi été arrêté. La cour d’appel de Rennes avait plaidé pour sa remise en liberté à cause de son état de santé incompatible avec la prison.
Il souffrait d’un cancer en phase terminale.

vous pourriez aussi aimer