Quelle année le premier contrôle technique ?

La réglementation exige que tous les véhicules particuliers subissent régulièrement un contrôle technique. Ce dernier doit être effectué dans un délai donné après l’achat d’une nouvelle voiture. Pour éviter de payer des amendes, vous devez connaître l’année où il faut réaliser le premier contrôle technique. Voici plus de détails dans ce guide.

Quand faire le premier contrôle technique ?

Le contrôle technique est une opération qui concerne tous les véhicules particuliers. Lorsqu’une automobile est achetée nouvellement, il doit être réalisé pour la première fois durant les six (6) mois avant son quatrième anniversaire en tenant compte de la date de sa mise en circulation. Par exemple une voiture qui a été mise en circulation le 1er août 2016, le premier contrôle technique peut être réalisé entre le 1er février 2020 et le 31 juillet 2020.

A lire aussi : Contrôle technique : tout savoir sur la nouvelle formule prévue en janvier 2019

Par ailleurs, vous devez savoir qu’aucune convocation ne vous sera envoyée pour passer un contrôle technique. Cela doit être fait à votre initiative. Muni de votre carte grise ou certificat d’immatriculation, vous pouvez vous rendre dans une structure agréée.

Combien coûte le contrôle technique ?

Chaque centre technique a la liberté de fixer le coût de ses prestations pour le contrôle technique. Celui-ci doit être affiché clairement à l’entrée et diffère selon le type d’énergie :

A découvrir également : Puis-je conduire une 125 sans permis ?

  • Le gaz ;
  • L’essence ;
  • L’hybride ;
  • L’électricité ;
  • Le diesel.

Toutefois, en moyenne, il vous faut prévoir 60 euros. De plus, dans les offres certaines structures incluent dans le prix initial les prestations de contre-visite.

Quelles sont les différentes défaillances d’un contrôle technique ?

Lors du contrôle technique, plusieurs aspects du véhicule sont vérifiés. Parmi ceux-ci, vous avez l’éclairage, l’électricité, les roues, le boîtier, les parebrises et le châssis. À chaque fois qu’un élément est jugé défaillant, le niveau de défaillance qui lui est associé doit être indiqué.

En premier lieu, vous avez la défaillance mineure. Dans ce cas, vous recevez un avis favorable (A) et vous êtes exempt de contre-visite. Une défaillance de ce type est considérée comme n’étant d’aucune gravité sur l’environnement et sur votre sécurité. Elle est valide pendant deux années.

En cas de défaillance majeure, vous recevez un avis défavorable qui est signifié par la lettre « S ». Il en est de même, lorsque celle-ci est critique (lettre R). Une contre-visite obligatoire doit être effectuée dans les deux mois qui suivent votre contrôle technique. Les périodes de validité sont de deux mois et un jour respectivement pour une défaillance majeure et critique.

Quelles sont les sanctions en cas de non-contrôle technique ?

Vous risquez des sanctions lorsque votre véhicule n’a pas subi de contrôle technique. Vous pouvez être sanctionné d’une amende de 135 euros que vous devez payer dans un délai de 45 jours. En cas de non-respect de cette période, une majoration est appliquée et l’amende peut atteindre 750 euros. Votre voiture peut être également immobilisée par la police ou la gendarmerie.

Pour conclure, le premier contrôle technique de votre véhicule doit être effectué dans les six mois qui précèdent son quatrième anniversaire. Le coût de cette opération dépend du centre technique. Il est important de ne pas oublier de passer le contrôle sous peine d’amende et d’immobilisation de votre automobile.

vous pourriez aussi aimer